COMMUNIQUÉS



Publié le 7 octobre 2010

Malgré tous nos efforts, la situation s’aggrave. Il est grand temps d’en parler et de prendre des décisions écologiques

Malgré toute notre bonne volonté et tous les fonds qui y sont consacrés depuis plus de quinze années, le taux de recyclage des déchets municipaux atteint à peine les 40 % si on tient compte de la portion que les centres de recyclage envoient eux-mêmes à l’enfouissement.


L’augmentation des déchets générés due à la croissance démographique ainsi qu’ à celle de la consommation, s’accroît plus vite que tous nos efforts de réduction à la source et de recyclage réunis; la quantité nette de déchets municipaux dirigée à l’enfouissement augmente ainsi d’année en année. C’est donc 60 % de déchets ultimes qui sont enfouis chaque année; et ce chiffre augmente de 3 % par an.


Il est urgent d’analyser de façon réaliste la situation afin d’investir dans des technologies vertes adéquates, porteuses de solutions complètes, durables et efficaces à 100 %.


Aujourd’hui, on s’apprête à demander à la population un effort supplémentaire en gérant un 3e bac à déchets et à endosser des dépenses supplémentaires de 650 millions de dollars pour le compostage et la méthanisation des matières putrescibles. L’expérience acquise avec le recyclage depuis quinze années au Québec, nous démontre très bien que cet effort ne donnera pas les résultats escomptés; soit d’éliminer les matières organiques des sites d’enfouissement. La réalité objective nous indique tout le contraire.


Des pays plus avancés que le nôtre en matière de gestion et de traitement des matières résiduelles utilisent avec succès et depuis longtemps la technologie de la gazéification à haute température. Ils obtiennent ainsi un taux de recyclage de 100 %, sans aucune émission ni rejet et sans enfouissement. L’argent investi leur procure une efficacité maximale et une garantie de résultats à 100 % tout en assurant la meilleure qualité de service qui soit à leur population.


• À notre tour, nous devons nous responsabiliser comme société et non seulement comme individu en optant pour des choix réalistes qui serviront au mieux nos intérêts.


• La solution retenue doit nous offrir une garantie de résultats à 100 %, soutenir le développement durable tout en préservant notre environnement et en plus, contribuer aux efforts nécessaires et vitaux de réduction des émissions de gaz à effets de serre.


• La gazéification à haute température est l’unique technologie éprouvée qui, à ce jour, permet d’atteindre tous ces objectifs en même temps.


• Elle est un complément indispensable aux efforts actuels de recyclage et de réduction à la source de production de déchets et participera à la stratégie gagnante qui garantira l’élimination de l’enfouissement dans tout le Québec.


• Mise en place en moins de deux années, cette technologie sûre permettra de transformer TOUS les déchets municipaux ultimes en matières premières utilisables par les industries du Québec.


• L’utilisation de la gazéification peut se faire dès maintenant à des coûts comparables à l’enfouissement en appliquant les programmes d’aide financière actuels pour la construction d’usine de gazéification des déchets.


• Déjà, plusieurs dirigeants de municipalités au Québec sont d’avis que cette technologie représente l’étape suivante dans le développement d’un Québec propre.


• 650 millions de dollars permettrait l’implantation de plusieurs centres de gazéification, capables de recycler à 100 % les déchets ultimes de la région métropolitaine de Montréal et même davantage.